Proche est Yahvé de ceux qui l'invoquent, de tous ceux qui l'invoquent en vérité. Ps 145.18
ConnexionCréer un compte

Bible de Jérusalem ++

Attention_ Il s'agit d'un livre apocryphe, ce sont des textes que l'Église catholique n'a pas retenus dans son canon. Ce sont des œuvres dont on ne peut assurer totalement l'origine, ou attribuées à une personne dont on sait qu'il est impossible qu'elle les ait écrites elle-même (les Églises issues de la Réforme les nomment pseudépigraphes).
  • 90.1
    Et je vis jusqu’au temps où trente‑cinq pasteurs eurent ainsi fait paître (les brebis), et chacun d’eux accomplit (son mandat) en son temps, comme les premiers, et d’autres les reçurent dans leurs mains, afin de les faire paître en leur temps, chaque pasteur en son temps.
  • 90.2
    Après cela, dans une vision, je vis venir tous les oiseaux du ciel : les aigles, les vautours, les éperviers et les corbeaux ; et les aigles guidaient tous les oiseaux, et ils se mirent à dévorer ces brebis et à leur crever les yeux et à dévorer leur chair.
  • 90.3
    Et les brebis crièrent parce que leur chair était dévorée par les oiseaux. Et moi je regardai et je me lamentai dans mon sommeil sur le pasteur qui paissait les brebis.
  • 90.4
    Et je vis jusqu’à ce que ces brebis eussent été dévorées par les chiens, par les aigles et par les éperviers qui ne leur laissèrent absolument ni chair, ni peau, ni muscle, jusqu’à ce qu’elles n’eussent plus que les os, et leurs os tombèrent sur la terre et les brebis diminuèrent.
  • 90.5
    Et je vis jusqu’au temps où vingt‑trois pasteurs eurent fait paître (les brebis) et eurent accompli, chacun en son temps, cinquante‑huit temps.
  • 90.6
    Et voici : des agneaux naquirent de ces brebis blanches, et ils commencèrent à ouvrir les yeux et à voir, et à bêler auprès des brebis.
  • 90.7
    Et les brebis ne bêlèrent pas vers eux et ne prêtèrent pas l’oreille à leur parole, mais elles furent tout à fait sourdes, et leurs yeux s’aveuglèrent extrêmement et de plus en plus.
  • 90.8
    Et je vis en vision les corbeaux s’abattre sur ces agneaux et saisir un de ces agneaux, et ils déchiquetèrent les brebis et les dévorèrent.
  • 90.9
    Et je vis jusqu’à ce qu’il poussa des cornes à ces agneaux, et les corbeaux faisaient tomber leurs cornes. Et je vis jusqu’à ce qu’une grande corne poussa à une de ces brebis, et leurs yeux s’ouvrirent.
  • 90.10
    Et elle (la brebis) les vit, et leurs yeux s’ouvrirent ; et elle cria vers les brebis, et les béliers la virent et ils accoururent tous auprès d’elle.
  • 90.11
    Et malgré cela, tous ces aigles, ces vautours, ces corbeaux et ces éperviers ravissaient encore les brebis, fondaient sur elles et les dévoraient. Et les brebis se taisaient, et les béliers se lamentaient et criaient.
  • 90.12
    Puis ces corbeaux entrèrent en lutte et combattirent avec elle (la brebis), et ils voulurent lui enlever sa corne, mais ils ne le purent pas.
  • 90.13
    Et je les vis jusqu’à ce que survinrent les pasteurs, les aigles, les vautours et les éperviers ; ils crièrent aux corbeaux de briser la corne de ce bélier, et ils combattirent et ils luttèrent avec lui, et lui combattit avec eux, et il cria pour qu’on vînt à son secours.
  • 90.14
    Et je vis arriver l’homme qui avait inscrit les noms des pasteurs et qui avait apporté (le livre) devant le Seigneur des brebis, et il le secourut et le sauva, et il lui montra tout. Il descendit au secours de ce bélier.
  • 90.15
    Et je vis venir auprès d’elle le Seigneur des brebis en fureur, et ceux qui le virent s’enfuirent tous, et ils tombèrent tous dans les ténèbres (en fuyant) devant sa face.
  • 90.16
    Tous les aigles, vautours, corbeaux et éperviers s’assemblèrent, et ils amenèrent avec eux toutes les brebis sauvages, et ils vinrent tous ensemble et s'entraidèrent pour mettre en pièces cette corne du bélier.
  • 90.17
    Et je vis cet homme qui avait écrit le livre par l’ordre du Seigneur, ouvrir le livre de la destruction qu’avaient faite ces douze derniers pasteurs, et montrer devant le Seigneur des brebis qu’ils avaient détruit, beaucoup plus que leurs prédécesseurs.
  • 90.18
    Et je vis jusqu’à ce que le Seigneur des brebis vint auprès d’elles, et il prit en main la verge de sa colère, et il frappa la terre, et la terre s'entrouvrit, et toutes les bêtes et les oiseaux du ciel tombèrent loin de ces brebis et furent englouties dans la terre qui se ferma sur eux.
  • 90.19
    Et je vis jusqu’à ce qu’une grande épée fut donnée aux brebis et les brebis sortirent contre toutes les bêtes sauvages afin de les tuer, et toutes les bêtes et les oiseaux du ciel fuirent devant leur face.
  • 90.20
    Et je vis jusqu’à ce qu’un trône fut élevé sur la terre agréable, et le Seigneur des brebis s’assit dessus, et il (un ange) prit tous les livres scellés et il ouvrit ces livres devant le Seigneur des brebis.
  • 90.21
    Et le Seigneur appela ces sept premiers hommes blancs, et il commanda d’amener devant lui, en commençant par la première étoile qui (les) précédait, ces étoiles dont le membre sexuel était comme le membre sexuel des chevaux et la première étoile qui tomba d’abord. Et ils les amenèrent toutes devant lui.
  • 90.22
    Puis il parla à cet homme qui écrivait devant lui, l’un des sept (hommes) blancs, et il lui dit : « Prends ces soixante‑dix pasteurs à qui j’avais livré les brebis et qui après les avoir reçues en ont égorgé beaucoup plus que je ne leur avais commandé. »
  • 90.23
    Et voici : je les vis tous enchaînés, et ils se tinrent tous devant lui.
  • 90.24
    Et le jugement porta d’abord sur les étoiles, et elles furent jugées, et elles furent (reconnues) pécheresses, et elles s’en allèrent dans le lieu du châtiment, et on les jeta dans un endroit profond, plein d’un feu ardent et rempli par une colonne de feu.
  • 90.25
    Puis ces soixante‑dix pasteurs furent jugés et furent (reconnus) pécheurs, et ils furent jetés eux (aussi) dans cet abîme de feu.
  • 90.26
    Et je vis en ce temps‑là un précipice semblable et plein de feu s’ouvrir au milieu de la terre. Et on amena ces brebis aveuglées, et elles furent toutes jugées et (reconnues) pécheresses, et jetées dans cet abîme de feu, et elles brûlèrent. Or ce précipice était à la droite de cette maison.
  • 90.27
    Et je vis ces brebis brûler, et leurs os (eux‑mêmes) brûlaient.
  • 90.28
    Et je me levai pour voir jusqu’à ce qu’il plia cette vieille maison, et on emporta toutes les colonnes ; et toutes les poutres ainsi que les ornements de cette maison furent plies avec elles, et on les emporta et on les jeta dans un lieu à droite de la terre.
  • 90.29
    Et je vis jusqu’à ce que le Seigneur des brebis apporta une nouvelle maison, plus grande et plus élevée que la première, et il la dressa à la place de la première qui avait été pliée. Et toutes ses colonnes étaient neuves, et ses ornements neufs ; et elle était plus grande que la première vieille (maison) qu’il avait emportée, et toutes les brebis étaient au milieu.
  • 90.30
    Et je vis toutes les brebis qui restaient, et tous les animaux qui étaient sur la terre, et tous les oiseaux du ciel se prosterner, adorer ces brebis et les supplier, et leur obéir au moindre mot.
  • 90.31
    Ensuite ces trois qui étaient vêtus de blanc me prirent par la main, ‑ c’étaient ceux qui m’avaient enlevé d’abord, ‑ et la main de ce bélier me tenant, ils me firent monter et me firent asseoir au milieu des brebis, avant que le jugement n’eût lieu.
  • 90.32
    Et ces brebis étaient toutes blanches ; et leur toison, grande et pure.
  • 90.33
    Et toutes celles qui avaient péri et avaient été dispersées, et toutes les bêtes sauvages et tous les oiseaux du ciel se réunirent dans cette maison, et le Seigneur des brebis se réjouit d’une grande joie parce qu’ils étaient tous bons et qu’ils étaient revenus à sa maison.
  • 90.34
    Et je vis jusqu’à ce qu’elles (les brebis) déposèrent l’épée qui avait été donnée aux brebis, et elles la rapportèrent dans la maison, et on la scella en présence du Seigneur ; et toutes les brebis furent appelées dans cette maison, mais elle ne les contint pas.
  • 90.35
    Et leurs yeux à toutes s’ouvrirent et elles y virent bien, et il n’y en eut pas une seule qui ne vît au milieu d’elles.
  • 90.36
    Et je vis que cette maison était grande et spacieuse et tout à fait pleine.
  • 90.37
    Et je vis qu’un taureau blanc naquit, et ses cornes étaient grandes, et toutes les bêtes sauvages et tous les oiseaux du ciel le craignaient et le suppliaient en tout temps.
  • 90.38
    Et je vis jusqu’à ce que furent changées toutes leurs espèces, et ils devinrent tous des taureaux blancs, et le premier au milieu d’eux devint un buffle et ce buffle était un grand animal, et il avait sur sa tête de grandes cornes noires, et le Seigneur des brebis se réjouit sur lui et sur tous les taureaux.
  • 90.39
    Et moi j’étais couché au milieu d’eux, et je me réveillai après avoir tout vu.
  • 90.40
    Et telle est la vision que je vis lorsque j’étais couché ; puis je m’éveillai, et je bénis le Seigneur de justice, et je lui rendis gloire.
  • 90.41
    Après cela je versai des larmes abondantes, et mes larmes ne s’arrêtèrent pas jusqu’à ce que je ne pus plus y tenir : quand je voyais, elles coulaient sur ce que je voyais, car tout viendra et sera accompli ; et toutes les actions des hommes m’ont été montrées l’une après l’autre.
  • 90.42
    Et dans cette nuit je me rappelai mon premier songe, et je pleurai et je me troublai à son sujet parce que j’avais vu cette vision.

 


Index des livres